Mon Blog
 
Bienvenue sur mon blog !
Affichage titre | Recommander à un ami |
a GREG
Publié :4/8/2018 5h12
Dernière mise à jour :5/10/2018 6h51
624 vues
Ça m’a pris tôt ce matin, juste avant le boulot, en courant chez la boulangère : cet élan fou d’amoureuse, cette flambée, cette urgence. Envie de toi, fringale de ton corps, ivresse de me serrer à nouveau tout contre ta peau, dans le piège de ta tendresse, dans la chaleur de tes caresses...

C’est plus souvent le soir que s’allume l’incendie. Aujourd’hui, c’est à l’aube, va savoir pourquoi ?
Oui, te caresser bientôt, ce soir, grimper encore au septième ciel, t’effleurer, te pétrir, t’envelopper, te frôler, te pressurer, te meurtrir, t’aspirer, te mordre, t’assiéger, t’investir, butiner dans ton cou, sur ton front, dans le creux des oreilles, sur ton sexe, partout, me perdre dans ta gorge, dans le val d’une épaule, m’essouffler, haleter sur tes lèvres , mélanger nos sueurs, partager nos humeurs... et puis reprendre souffle, émerger, inspirer, expirer – merci, la vie ! – retrouver peu à peu figure humaine, amour civilisé, retrouver ton visage apaisé si tendre.

Dis, mon Greg loup y es-tu, qu’en dis-tu, que fais-tu ? M’entends-tu ? M’attends-tu ? Te moques-tu de moi, mon bel amant ? Me fais-tu des reproches ? Mais non, je te connais, tu frémis, tu bandes sans vergogne, tu guettes près du cyprès... Attends-moi, ouvre-moi, ouvre-toi, c’est déjà ce soir : nous revoilà !
6 commentaires
Lettre a ton corps défendant
Publié :4/5/2018 4h20
Dernière mise à jour :4/9/2018 6h53
878 vues
Je voulais ce matin poser sur ce papier blanc, toutes les envies pas très catholiques que tu m’inspires, toi de l’autre côté de mon écran.

Avant tout, sache que j’ai plaisir à parcourir ce que tu m’envoies quotidiennement, le corps est beau, le discours poli.

Je regarde ces photos glacées, je lis de jolis mots alignés dans un mail érotique bien propret. Mon imagination comme devant un tableau de maître se permet d’imaginer le contexte, la suite ......

Je pourrais presque dire que je connais par cœur ton corps, tellement j’ai pu le détailler sur ces photos dénudées. Sentais-tu mes doigts glisser le long de tes jambes, sur tes fesses, dans ton dos ? Je pourrais pousser jusqu’à dire que ton sexe n’a pas plus de mystère pour moi, tes images ayant dévoilées sa nature.

Mais il me manque ton odeur, ta saveur, ta chaleur…

Certaines images m’inspirent, et tu le sais. J’aime ces photos où la lumière joue avec ton corps. Où l’on te devine entre deux ombres, entre deux vêtements. Ces images où tu t’offres à moi, le temps d’un cliché vite fait, dans un coin de ton salon, de ta chambre ou de ta voiture.

Nous correspondons depuis plusieurs semaines maintenant, les échanges ont étrangement évolués. Toi au départ très cru dans tes propos, mordant, arrogant, comme pour jauger de ma capacité d’acceptation. Moi, prudente aux commentaires acerbes mais fuyante.

Et puis au fil du temps les rôles s’inversent.

Tu te transformes en guimauve sage et trop poli. Moi au contraire, je me libère et suis avide de ta puissance.

Étrange jeu de chassé-croisé.

Cela m’agace.

Quand dans nos échanges tu m’imagines putain d’un autre avant de t’approprié avec douceur mon corps, souillé du foutre de l’autre. Soumise et offerte à tes mains.

Cela m’agace.

Je voudrais te frustrer des heures durant pour m’avoir désiré comme ça.

Je t’imagine hardi, fière et impétueux.

Je me vois féline, farouche et insoumise.

Je voudrais t’emmener dans un combat qui n’aura d’autre finalité que de nous voir jouir…

Viens accroche toi à mes hanches je t’emmène. Je vais te désirer tellement fort que ton corps va se livrer tout à moi. Mes mains, mes lèvres et ma langue veulent apprendre ses endroits qui te font frémir. J’ai tout mon temps. Je veux tout connaître de ce corps couché sur papier glacé.

Viens par-là, glisse-toi brulant contre moi.

Aujourd’hui j’ai envie de te fouiller, avec méthode, avec envie et curiosité.

Je veux admirer tes muscles qui fuient mes doigts, je veux contempler ta peau qui frémie.

Je veux me bercer de ta respiration chancelante. Je veux m’étourdir de ton odeur. Je veux percevoir tout tes soupirs.

Aujourd’hui je désire viscéralement être ta maîtresse, comme jadis ces femmes de joie, guidant tes émois, jouant de certains plaisirs qui te sont encore méconnus et que tu aimeras tant.

Je veux te sonder, je veux t’observer. Longuement. Attentivement. Patiemment.

Je veux te voir bander sous mes caresses, triquer comme jamais, en espérant que je t’offre mon antre. Je veux te voir supplier, demander grâce et enfin abdiquer.

Tu seras ainsi offert ! Toi le mâle dans toute sa complexité.

La verge haute et le verbe faible.

Et moi, je me sentirais si forte… Si belle. Si désirable.

Ne te méprends pas, je ne veux pas t’asservir, ni te malmener. Je veux juste t’offrir ce répit auquel tu prétends. Ce moment où tu n’es plus là pour assumer, gérer ou guider la danse.

Laisse-moi être le machiniste de nos ébats… Je te conduirais à bon port. Je te le promets.

Rassure-toi ! J’ai appris avant de venir jusqu’à toi.

Peut-être même que je ne les ai appris que pour toi... Qui sait.

Je suis allée chercher, depuis mes premiers émois, toutes ces clés, toutes ces pratiques, tous ces sortilèges…

pour ton bon plaisir.

J’ai appris, j’ai pratiqué.

Je me suis trompée, j’ai essayé, je me suis laissé enseigner.

J’ai goûté aux plaisirs purs, aux plaisirs sauvages et aux plaisirs sages.

J’ai imposé et subi ; j’ai adoré et détesté, j’ai été humiliée et honorée ; j’ai trahi et été trahie ;

J’ai joui, j’ai eu mal ; j’ai baisé, j’ai aimé…

J’ai appris de tous ces corps, de toutes ces verges, de toutes ces peaux.

J’ai goûté à leurs promesses de plaisir et de jouissance.

J’ai écouté leurs respirations, scruté leurs frissons, observé leurs érections.

J’ai perçu leurs murmures, été assourdi par leurs silences.

J’ai étudié, enregistré, consigné.

Je suis aujourd’hui un guide en la matière, comme un routard. Il reste encore quelques pages à écrire.

On apprend de chaque main qui nous caresse. Que vais-je apprendre de toi ? Quelles traces laisseras-tu dans mes pages ?

L’essentiel est là, gravé dans ma chair, pour te conduire vers les catacombes du plaisir.

Je serais ta nymphe le temps d’un moment de grâce, ton ange à la queue fourchue, ton obsession...

Je m’offrirai à toi quand ton désir sera tellement intense que tu ne sauras plus si tu me désires ou si tu me hais.

Je ne me donnerai que quand dans tes yeux la fureur de l’envie sera trop forte, quand je serais devenue ta tentation absolue, quand ton corps me réclamera à grands cris.

Je ne t’ouvrirai mon antre que quand j’aurais repu mes mains, ma bouche et ma langue de toutes ces parties de ton corps que je brûle de connaitre. Quand ta peau sera tellement électrifiée que l’effleurement de mes cheveux pourra suffire à te faire venir. Quand ton écorce ne sera plus qu’un frisson incessant et perpétuel.

Quand enfin tu auras décidé de te livrer sans réserve, alors là je t’accueillerai dans ma moiteur.

Je m’ouvrirai bien grande pour que tu trouves facilement le chemin. Je te laisserai croire que je te suis acquise. Je te laisserai t’enhardir. Je te regarderai reprendre brièvement le contrôle. Puis je te frustrerai encore.

Je te veux soumis à ma douce volonté pour ton plus grand plaisir.

Quand tu auras rendu les armes, dans leur totalité, je te libèrerai.

Cette force et cet appétit que soudain tu dégageras feront de toi, un instant, un satyre prêt à prendre sa nymphe avec fougue.

Exigeant. Fiévreux.

Et moi, je me donnerais sans réserve aucune.

Je deviendrais ta putain, ta trainée. Le temps d’une nuit.

Je te laisserai souiller mon corps pour assouvir ce désir impérieux que j’aurais fait grandir en toi.

Je te suivrai dans tes expéditions féroces. Nos corps se livreront à un drôle de ballet, une course folle pour la mise à mort du toréador.

Mais dis-moi… Lequel de nous deux est le toréador ?
9 commentaires
rencontre a l'aveugle (partie 2)
Publié :23/4/2018 4h19
Dernière mise à jour :5/10/2018 6h50
847 vues

Alors qu’il se relève pour se mettre debout, je le plaque à mon tour contre le mur, et tout en me mettant à genoux j’ouvre d’un coup les boutons de son jean, et libère sa bite de son boxer.

Oh mais quelle est douce !, je commence à titiller son gland avec ma langue puis je fais courir celle-ci tout autour de son gland ce qui ne manque pas de le faire réagir, tout en commençant à le branler gentiment. De mon autre main, j’effleure l’intérieur de ses cuisses ainsi que ses couilles délicates. D’une bouche gourmande, je prends sa bite en moi et applique des pressions avec mes lèvres tout en imprimant des mouvement de va et vient. Hum son odeur, son goût. J’adore son goût. Il perle. J’adore ! Et selon les caresses que j’applique sur ses couilles ou sur ses fesses, je sens son sexe réagir avec des petits spasmes. Je le prends loin, très loin dans ma gorge et tout en saisissant ses fesses, je le fais aller plus loin encore. Putain qu’est-ce que sa queue est bonne. Je pourrais passer ma vie avec elle dans ma bouche. Si je continue comme ça, il va venir très vite. Mais là, je le veux dans ma chatte, tout de suite.

Je me relève et je le pousse sur le lit, je descends son jean un peu plus bas sur ses jambes, je remonte un peu plus m’a jupe et me voilà avec sa bite en main, à l’entrée de mes lèvres. Je la libère et tout en faisant des mouvements circulaires avec mon bassin, je me frotte la chatte contre elle, me branle le clitoris contre son gland, jusqu’à ce que cette merveilleuse queue trouve son chemin tout seul. Ça y est! Il est en moi. Je l’entends soupirer et gémir et à chaque mouvement de bassin j’enfonce son pieu de chair dans mon sexe, millimètre par millimètre. Parfois, je le surprends avec des petits spasmes de chatte dont j’ai le secret. J’adore !

Mais il n’entend pas que les choses se passent ainsi. Et sans que je comprenne comment, me voilà sur le dos, mes jambes par dessus ses épaules sans que nos sexes ne se soient séparés une seule seconde. Il me laboure le ventre et ma chatte chante la Marseillaise. Putain je suis tellement excitée et mouillée que chaque mouvement de sa bite provoque un bruit absolument indécent. Il accélère, il ralentit, il change de rythme, il tortille sa bite en moi. Je deviens dingue. Je ne peux m’empêcher de crier mon plaisir à chaque fois que ses boules viennent taper contre mon cul. Ça monte, je le sens ça monte, le long de ma colonne vertébrale et ça explose comme un feu d’artifice dans mon ventre. Des larmes de plaisir inondent mes joues. Punaise, je jouis encore une fois en même temps que je le sens venir en moi. Quelle merveilleuse chose que de jouir en même temps. Quel précieux cadeau. La preuve d’une symbiose absolument parfaite. Il m’embrasse le bout du nez et reste sur moi, en moi, tout en me serrant très fort. Nous restons ainsi jusqu’à ce que la nature fasse son œuvre. Nous sommes ivres de plaisir et de bonheur.

Après quelques minutes passées ainsi, je me couche sur le côté et il vient se mettre dans mon dos, son pénis bien callé entre mes fesses, ses bras autour de moi. Un baiser déposé sur mon épaule.. Sa respiration se ralentie, son corps se relâche, le mien aussi. Il dort. Je me sens partir. Et c’est avec sourire béat que je m’endors à mon tour en me disant que nous ne savons toujours pas à quoi nous ressemblons.
8 commentaires
Rencontre a l'aveugle (partie 1)
Publié :18/4/2018 2h48
Dernière mise à jour :8/5/2018 9h25
965 vues
Voilà, nous y sommes. C’est aujourd’hui le jour J. Cela fait des mois que j’entretiens une correspondance soutenue avec cet homme. Un homme dont je ne connais que la plume et la voix. Je suis devant la porte de sa chambre d'hotel, mon cœur s’emballe. Et si je ne lui plaisais pas ?
Je frappe, "cest moi"....ll porte s'ouvre...
J’ai beau plisser les yeux pour essayer de voir quoi que ce soit, mais il fait si sombre. Je ne distingue rien dans la chambre,

À tâtons il trouve ma main et m’attire tout doucement vers lui pour m’enlacer d’abord très tendrement, puis nous nous serrons très fort.Ça y est nos lèvres se touchent, Très vite, tout bascule, je ne sais plus où est sa bouche, où sont ses mains.nos langues s’effleurent. Ce baiser est à la fois doux et dévorant. C’est comme si nos bouches se connaissaient depuis toujours.
Il m'excite a un point que je ne saurait dire....
Soudain, il se redresse et me plaque contre le mur du fond. Tout en m’embrassant avec une fougue que j’ai rarement connue, il écarte mes cuisses avec son genou et passe une main dans mon dos.
Je reste muette, mais en même temps j’ai tellement envie sauvagement de lui. Sans que je n’ai le temps de réaliser quoi que ce soit, il est en train de m’entreprendre la chatte et le cul en même temps, avec ses doigts et sa bouche. Je suis folle de désir. Mon dieu ! Mais je mouille comme une salope. Je crois bien que je n’ai jamais autant mouillé de ma vie. Putain qu’est-ce que j’ai envie de lui. À chaque aller-retour de ses doigts en moi, je ne peux me retenir de gémir. Parfois il accélère et je me sens au bord de l’orgasme et il s’arrête net, juste le temps de me surprendre par une nouvelle fouille en règle. Il s’est exactement comment faire avec mes trous. Et je crois bien que les réponses de mon corps l’excitent au plus haut point. Et alors qu’il est en train de me branler le clitoris avec sa langue, tout en ayant 3 doigts dans ma chatte, je suis prise d’un orgasme violent, j'en reste pantelante.....
ll me faut encore quelques secondes pour reprendre mes esprits. Mais c’est décidé, je prends les choses en main. .......
9 commentaires

Pour créer un lien vers ce blog (laviestbelle306), utilisez [blog laviestbelle306] dans vos messages.

50 F
Août 2018
Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
      1
 
2
 
3
 
4
1
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31
 
 

Derniers visiteurs

Visiteurs Age Sexe Date
seb8477 41H13/10
Neiiige 47F2/10
davidson5635  43H1/10
mimi44100 53H29/9
masse0203  35H24/9
aixois2018  55H12/9
Pegasus270165H5/9
MaxTendreCoquin 42H2/9
hummingguy  51H2/9
Fdevx  53H1/9

Les commentaires les plus récents par d'autres

Publication Poster Date de publication
Lettre a ton corps défendant (12)aixois2018
4/9/2018 4h57
a GREG (7)sexbond34
24/8/2018 12h43
rencontre a l'aveugle (partie 2) (8)mxaxnxx
5/8/2018 10h47
Rencontre a l'aveugle (partie 1) (11)beaumonstre
2/5/2018 6h17